Actualités

Nouvelle notice biographique d’Albert Marteaux

De conseiller communal socialiste, chirurgien en Espagne, à Ministre communiste, le Docteur Albert Marteaux a parcouru un chemin exceptionnel.
" Médecin pour les pauvres ", né dans les Marolles, en réalité chirurgien urologue, il créa les Anciens Combattants Socialistes, entra au conseil communal de Bruxelles en 1921 pour ne le quitter qu’à sa mort en 1949. Administrateur de la Commission d’Assistance Publique, il lutta toute sa vie pour l’intercommunalisation des CAP de l’agglomération bruxelloise qu’il réalisa comme ministre de la Santé Publique ! En effet, député en 1926 et réélu en 1936 jusqu’à sa fin, il prit part et anima les courants de gauche successifs au sein du POB (La Lutte des Classes, la Bataille socialiste, puis l’Action socialiste). Fougueux défenseur de l’Espagne républicaine, il organisa et dirigea un hôpital pour les combattants à Onteniente. Quand le gouvernement Spaak reconnut Franco, il rompit avec le POB et rejoignit le PCB qui le fit réélire en 1939. C’est à lui que son parti fit appel en 1941 pour lancer le Front de l’Indépendance auquel il amena l’Abbé Boland rencontré au cours de son action en faveur de la Chine en butte aux violences japonaises. Mais, brûlé, il gagna Londres pour endosser à son retour en 1944 la charge de Ministre de la Santé Publique à laquelle l’avait désigné son parti. En 25 mois d’activité, il tenta une véritable politique globale de la santé publique, allant du statut des infirmières, l’inspection médicale scolaire, à l’extension des plaines de jeux et installations sportives, l’assainissement des taudis, la réorganisation de la distribution de l’eau. Il mourut, malade, deux ans après la fin de la participation gouvernementale communiste. Une foule innombrable suivit la dépouille mortelle de ce tribun et combattant populaire.

Vous pouvez retrouver la notice complète en suivant ce lien.

30 juin 2017

Toutes les actualités

Collection du journal "La Gauche"

La Formation Léon Lesoil vient de nous déposer une importante collection du journal "La Gauche" pour les années 1958 à 1987. Celle-ci vient compléter et suppléer les numéros déjà conservés au CArCoB. Le lecteur pourra désormais y consulter "La Gauche" de 1956 à nos jours.
C’est le 15 décembre 1956, que "La Gauche" sort de presse pour la première fois, née d’un courant de gauche au sein du parti socialiste. Le comité de rédaction est composé de Guy Cudell, René Evalenko, Jacques Guyaux, Robert Lambion, Raymond Latin, Ernest Mandel, Raymond Rifflet, Emile Van Ceulen et Jacques Yerna. André Renard et Camille Huysmans figurent dans le comité de patronage. Depuis le début des années 50, quelques dizaines de militants de la IVe Internationale, parmi lesquels Ernest Mandel et Émile Van Ceulen (devenu dirigeant JGS en 1954) étaient entrés clandestinement au PSB.
Dès sa fondation jusqu’à la grève générale 60-61, "La Gauche" s’est efforcée de populariser le programme de "Réformes de structures", adopté par le FGTB en 1954 et en 1956. Dès le début, la direction du PSB s’est montrée hostile aux accents portés par "La Gauche" bien qu’elle ignorât tout de l’existence d’un noyau clandestin de la IVe Internationale en son sein.
Pendant la grève 60-61, une rupture se produira entre "La Gauche", qui prônait l’organisation d’une Marche sur Bruxelles, et André Renard qui opérait un "repli wallon" en revendiquant le fédéralisme. Après la grève, la participation des socialistes au gouvernement, le vote des lois antigrève, la direction du PSB attendra 1964 pour exclure les principales figures du comité de rédaction. Les rédacteurs et les diffuseurs de la Gauche lancent alors un parti de gauche : le Parti Wallon des Travailleurs (en Wallonie) et l’Union de la Gauche Socialiste (à Bruxelles). Pierre Legrève, militant de la CGSP-Enseignement, de l’UGS et de la IVe Internationale, est élu au parlement en 1965 sur une liste de cartel PCB-UGS.
"La Gauche deviendra l’organe de la Ligue Révolutionnaire des Travailleurs en 1971, année où la IVe Internationale réapparaît au grand jour en Belgique. "La Gauche" est toujours le journal de cette organisation qui a changé de nom en 1983 (POS) et en 2006 (LCR).

Journée d’étude sur l’Association Belge des Juristes Démocrates (ABJD)

Le mercredi 14 juin aura lieu à l’ULB une journée d’étude et de témoignages sur l’Association belge des Juristes Démocrates (1973-1993).

En 1973, l’ABJD (au départ, la section belge de l’AIJD) transcende ses origines pour devenir une organisation pluraliste. Dans les années qui suivent, ce dynamisme entraîne de nombreuses adhésions dans les milieux progressistes ainsi que la création de sections régionales en Belgique francophone ; parmi celle-ci, l’Association Liégeoise des Juristes Démocrates (ALJD) s’est particulièrement distinguée par son autonomie. Disparus au début des années 1990, l’ABJD et ses partenaires auront été la matrice de structures - toujours actives actuellement - telles que l’Association Syndicale des Magistrats (ASM) ou le Syndicat des Avocats pour la Démocratie (SAD).
Les Juristes Démocrates - avocats, magistrats, chercheurs - ont mené des combats décisifs, aux niveaux national et international. Le "Journal des Juristes Démocrates" ainsi que les divers rapports produits attestent le large spectre de leurs activités. Cette journée d’histoire orale est un appel à restituer le parcours de ces militants au sein de l’historiographie des mouvements sociaux et de la pratique du droit en Belgique.

Une journée co-organisée par l’Observatoire des Mondes Arabes et Musulmans de l’ULB, le Centre de recherches Mondes Modernes et Contemporains de l’ULB et le CArCoB.

INFOS PRATIQUES :
Le mercredi 14 juin, de 9h à 16h30.
Adresse : Maison des Sciences Humaines, ULB - Avenue Antoine Depage n°1 - 1050 Bruxelles (Bâtiment R52, 2ème niveau - Salle de réception R.3.105.)
Inscription en ligne : http://msh.ulb.ac.be/agenda/conference-juristes-democrates/
Inscription par courrier : John Nieuwenhuys, ULB, Av. F.D. Roosevelt 50 - CP 129/08, 1050 Bruxelles

NOUVEAUTÉ : réédition du livre de Claude Renard "Octobre 1917 et le mouvement ouvrier belge", par le CArCoB et les Éditions Memogrames

La Révolution russe de 1917 a changé la face du 20e siècle. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les prolétaires prennent le pouvoir - et le gardent - à l’échelle d’un pays, soulevant un espoir fou à travers toute la planète. La guerre, opposant les puissances impérialistes, fait alors rage en Europe, semant la haine et le sang. Un conflit dans lequel les peuples, ainsi à s’entretuer, ont tout à perdre.
Quels ont été les effets de 1914-1918, puis de la Révolution russe, sur le mouvement ouvrier belge ? Le leader socialiste Emile Vandervelde participe à l’époque à un gouvernement bourgeois, d’union nationale. Il exalte le patriotisme nationaliste, au détriment des principes de solidarité internationale.
Certes, des groupes se font jour, au sein du P.O.B. et des syndicats, pour dénoncer cette boucherie et réclamer la fin des combats. Mais ils restent minoritaires dans un pays dont la quasi-totalité du territoire est occupé. Octobre 1917 va donner un coup d’accélérateur. Faut-il opter pour le chemin révolutionnaire, aux côtés de la Russie bolchévique ? Ou continuer la voie de réformes, dans un schéma parlementaire classique ? Il faut choisir ! Emmenée par le syndicaliste Joseph Jacquemotte, une aile plus à gauche quitte le P.O.B., adhère à la 3e Internationale (le Komintern) créée par Lénine, et coalise différentes factions, réunies en 1921 au sein du nouveau Parti communiste de Belgique.
Ce livre de Claude Renard a été écrit en 1967. Le voici réédité, à l’occasion du centième anniversaire de 1917, rehaussé de 50 pages de photos, pour la plupart inédites. Jean Puissant, professeur émérite de l’ULB, en signe la préface. Quant à Claude Renard, il nous offre, avec sa postface, un nouvel éclairage, complémentaire, tenant compte de l’évolution ultérieure de l’URSS et de la chute du mur de Berlin en 1989.

En vente dans la librairie en ligne du CArCoB au prix de 19€ (frais de port non compris) : pour acheter l’ouvrage cliquez ici.

Le fabuleux destin de Frédéric Legrand, forgeron borain

Il prit part à l’assaut contre le Palais d’hiver, à Petrograd, en octobre 1917 !
Une vie extraordinaire que celle de Frédéric Legrand, né en 1883, qui fut mineur de fond à 11 ans, avant de se qualifier comme forgeron et d’adhérer aux JGS (Jeunes gardes socialistes) à 14 ans. Quand vient la guerre, en 1914, il s’engage volontairement dans l’armée belge. Il rejoint clandestinement la France où il est affecté à un bataillon de soldats - ouvriers spécialisés. En 1915, avec quelques 200 de ses camarades et compatriotes, il est expédié en Russie. La brigade est employée dans deux usines de guerre, à Sestroretsk et Petrograd. Et les voilà confrontés aux deux révolutions russes, celle de février 1917 et celle, bolchévique, d’octobre 1917. Une partie des Belges, dans ces deux villes, prennent ouvertement parti pour Lénine. Frédéric Legrand, parmi eux, est à l’avant-garde. Il participe, armé, à l’assaut emblématique du Palais d’hiver à Petrograd, qui signa la victoire des révolutionnaires. Il décide de rester en Russie. Il y adhère au parti bolchévique. Il part en Kirghizie comme instructeur forgeron dans des écoles techniques. Puis, il prend part, aux côtés des communistes, à la guerre civile contre les "blancs" et les envahisseurs étrangers.
Au CArCoB, une importante documentation est disponible sur les Belges de Petrograd et Frédéric Legrand.

Une correspondance de Célestin Demblon

Célestin Demblon, (1859-1924) est l’incarnation des pionniers du socialisme de lutte de classe qui fondèrent le POB (Parti Ouvrier Belge) et furent de ses premiers députés. Instituteur révoqué pour ses idées, érudit, il maintint son hostilité à la participation gouvernementale au sein du POB, rallié à celle-ci pendant la guerre 14-18.
Tribun acclamé par les travailleurs de Wallonie, il salua la Révolution bolchevique, se dressa contre la motion Mertens et fut l’âme du journal de la gauche socialiste La Lutte des Classes. Il fut dès lors l’objet de mises en demeure de plus en plus agressives au sein de la Fédération liégeoise du POB, mais il refusa de se dédire. À la veille de son exclusion, il annonça qu’il prendrait la tête de la liste communiste aux élections de 1925, mais son cœur céda le 12 décembre 1924.
La veuve de René Joseph Paquay, ancien militant communiste et Partisan, Mme Vincke, a fait don au CArCoB de 45 lettres manuscrites de Célestin Demblon adressées à l’un de ses partisans, actif au sein de la minorité qu’il animait à la Fédération liégeoise du POB, Armand Lovinfosse. Nous ne possédons malheureusement aucune information sur ce dernier (toute indication serait la bienvenue).
Cette correspondance très soutenue s’étend du 17 novembre 1922 au 29 novembre 1924, soit quelques jours avant le décès de Demblon. Elle évoque la préoccupation soutenue de celui-ci pour la diffusion du journal, l’attention du député installé provisoirement à Bruxelles, pour suivre la situation à Liège, à Herstal, à Seraing. Elle témoigne de son acharnement dans l’affaire Coppée, dont les tractations avec l’occupant semblent échapper à la justice. Elle éclaire aussi les meetings qu’il multiplie jusqu’à son dernier souffle. Cette correspondance annonce ainsi la bataille à venir au sein de la Fédération et traduit l’engagement total de Demblon dans le combat qu’il a engagé, lui dont les plus proches amis et compagnons de lutte, dont Volders principalement, ont désormais cédé la place à une autre génération.

José Gotovitch

Les archives personnelles de Lucette Bouffioux

Les archives personnelles de Lucette Bouffioux (1911-2006) nous plongent dans les multiples appareils et organisations qui, de la guerre aux années septante, furent au cœur de l’activité communiste comme telle, et de l’activité des communistes au sein de nombreuses organisations plus larges.
Venue du Comité mondial des Femmes contre la Guerre, Lucette B. assume sous l’occupation une fonction essentielle à la tête de l’appareil des cadres du PCB qui veille à la sécurité du Parti et à la gestion des cadres. Parmi ses archives figurent de multiples biographies et dossiers renvoyant à la valse des responsables, aux arrestations, aux structures à retisser sans cesse. Elle poursuit cette activité quelques années après la fin de la guerre.
Avocate, elle anime l’Association d’aide à la Grèce démocratique, de 1967 à 1970. Le soutien aux victimes des Colonels est un combat qui a laissé peu de traces qui abondent cependant dans ces documents.
Veuve du poète René Blieck, mort à Neuengamme, elle conserve également quelques dossiers manuscrits et littéraires. Elle joue un rôle central au sein de l’Amicale de Neuengamme, au plan national et international.
Notons encore la présence de dossiers évoquant d’autres luttes principalement de la guerre froide comme le Comité Rosenberg, l’Association des Juristes démocrates, le Rassemblement des Femmes pour la Paix…
Ce fonds d’archives donne donc des perspectives fort diverses de travail pour l’histoire de la clandestinité et de la guerre froide.

Un sommet du Maccarthysme en Belgique !

En pleine Question Royale et Guerre de Corée, le gouvernement PSC homogène décida de purger l’appareil d’État de tous les dangereux communistes. Il crut abattre une carte maîtresse quand sa police "découvrit" le Conseiller d’État Henri Buch attablé dans une maison privée de Hasselt, avec cinq communistes locaux. Il leur enseignait les secrets sulfureux de l’économie politique marxiste ! Un dangereux complot était donc éventé et le magistrat fut traîné devant la Cour de Cassation, à laquelle le Procureur général Cornil réclama la radiation immédiate.
Ancien Commandant national des Partisans Armés, déporté, assumant ses convictions, Buch défendit ses droits de citoyen... Et les magistrats de la Cour de Cassation démontrèrent l’indépendance de la Justice dans un pays de droit...

Cette histoire en forme de quasi polar est démontée dans cette étude que lui a consacrée José Gotovitch en 2011.

"Les Enfants du Hasard", un film de Thierry Michel et de Pascal Colson

Le CArCoB soutient la diffusion du film de Thierry Michel et de Pascal Colson "Les Enfants du Hasard", du nom du charbonnage de Cheratte.
Le film est consacré aux petits-enfants de la dernière immigration de mineurs. Essentiellement turque, elle a succédé à celle des Polonais, Italiens et Espagnols. Outre les questions liées à l’intégration, le film pose aussi celle de la transmission de la mémoire ouvrière.
Le CArCoB estime utile d’ajouter les éléments suivants pour informer le spectateur.
Le 1er mai 1944, un drapeau belge et un drapeau rouge flottaient sur la belle-fleur de Cheratte hauteur. Ils avaient été placés là pour narguer l’occupant par un groupe de résistants armés dont Marcel Levaux faisait partie. En 1971, Marcel Levaux, alors député communiste, devient bourgmestre de Cheratte. Ce sera le dernier avant la fusion des communes et l’absorption de Cheratte par Visé. Pendant son mayorat il développe une politique de construction scolaire. À titre personnel, il soutient le travail scientifique des frères Manço - Ural et Altaï - aujourd’hui reconnus comme grands spécialistes de la communauté turque, dont ils étaient issus.
Le film interpelle. Après une enfance heureuse dans une verdoyante cité sociale et une belle école, cette jeunesse va affronter la vie. Est-elle consciente de tout ce qu’elle doit à deux siècles de lutte ouvrière pour le progrès social ?
Convaincu que ce film animera un débat de société sur l’enseignement, l’immigration, la démocratie, la transmission de la mémoire ouvrière. Un film sur l’enfance et le bonheur tourné durant un an dans l’école primaire de Cheratte près de Liège.

www.enfantsduhasard.com

www.facebook.com/enfantsduhasard/

Exposition Noirs dessins du communisme à Liège

L’exposition "Noirs dessins du communisme. Caricature et dessin politique dans la presse communiste du XXe siècle", s’installe au Grand Curtius de Liège jusqu’au 30/04/2017.
Elle sera accessible du lundi au dimanche de 10h à 18h. Fermeture le mardi.

Il est possible d’organiser des visites guidées. Pour ce faire, veuillez réserver au +32(0)4 221 68 17 ou +32(0)4 221 68 40.

Une exposition du Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches (CHSG) de l’ULB, du Centre des Archives du Communisme en Belgique (CArCoB), de l’Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale (IHOES) et du Mundaneum. Avec l’aide de la Formation Léon Lesoil.

Louis NEURAY

À découvrir sur notre site (dans Publications en ligne, notices biographiques), la biographie de Louis Neuray par Jules Pirlot.

Louis Neuray, militant communiste, déclenche une grève en décembre 1940 dans une usine de Herstal. Condamné par un tribunal militaire allemand, il purge une peine de trois ans de prison en Allemagne.

L’assassinat de Julien Lahaut vu d’Italie

Lorenzo DI STEFANO* a consacré son mémoire de maîtrise en science politique à l’assassinat de Julien Lahaut. Il le situe dans le contexte de la guerre froide et offre au public italien une synthèse de la biographie du président du PCB.
Pour le public francophone, un chapitre est particulièrement intéressant : celui de l’impact de la nouvelle de l’assassinat en Italie. Il décrit la mobilisation populaire à l’initiative des syndicats de la CGIL, des partis communiste et socialiste. Il relate les articles parus dans la presse et la participation italienne aux funérailles à Seraing. C’est pourquoi le CArCoB publie sur son site (dans Publications en ligne, Contributions historiques) la version française de ces pages et remercie vivement Betty COLETTA pour ce travail de traduction.

 

* Lorenzo DI STEFANO, Il caso Lahaut (1950), un omicidio politico in Belgio nel contesto della guerra fredda e della questione leopoldista, Tesi di Laurea, facoltà di Scienze politiche, Università degli studi di Teramo (2014-2015).
Cet ouvrage peut être consulté au CArCoB qui remercie l’auteur pour sa coopération.

Exposition Noirs dessins du communisme à La Louvière

Du 25/10/2016 au 09/11/2016, l’exposition "Noirs dessins du communisme. Caricature et dessin politique dans la presse communiste du XXe siècle" ouvrira ses portes à la Maison du Tourisme du Parc des Canaux et Châteaux de La Louvière.
Elle sera accessible du lundi au vendredi de 9h à 17h30 et le samedi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 18h. Entrée libre.

Il est possible d’organiser des visites guidées. Pour ce faire, veuillez prendre contact avec le CArCoB par mail : carcob@skynet.be ou par téléphone : 02/513.15.83.

Les Noirs dessins du communisme ont déjà été montrés à la salle Allende de l’Université Libre de Bruxelles et au PointCulture de Bruxelles et ont attiré près de 1450 personnes.

Une exposition du Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches (CHSG) de l’ULB, du Centre des Archives du Communisme en Belgique (CArCoB), de l’Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale (IHOES) et du Mundaneum. Avec l’aide de la Formation Léon Lesoil.

Nouvelle publication : Jacques Moins, Un itinéraire engagé (1929-2011)

Le CArCoB vient d’éditer le livre autobiographique de l’avocat Jacques Moins, décédé il y a quelques années. Jacques Moins fut longtemps dirigeant du Parti communiste à Bruxelles. Ardent partisan de l’Eurocommunisme, il resta néanmoins lié à l’URSS, en dépit des erreurs et déviances de celle-ci, clairement dénoncées. Ses mémoires, brutes de décoffrage, éclairent, sous un angle inédit, l’histoire d’après-guerre du PC belge, avec ses hauts et ses bas. Une somme de faits et d’opinions qui constituent un document très rare sur le passé du PC, et son rôle dans la vie politique du pays.

Prix : 15€
Pour toute commande, veuillez vous adresser au CArCoB :
par mail : carcob@skynet.be
par téléphone : 02/513.15.83 - 02/513.61.99.

De nouvelles archives exceptionnelles

"Une" correspondance de Célestin Demblon

Célestin Demblon, (1859-1924) est l’incarnation des pionniers du socialisme de lutte de classe qui fondèrent le POB et furent de ses premiers députés. Instituteur révoqué pour ses idées, érudit, il maintint son hostilité à la participation gouvernementale au sein du POB, rallié à celle-ci pendant la guerre 14-18.
Tribun acclamé par les travailleurs de Wallonie, il salua la Révolution bolchevique, se dressa contre la motion Mertens et fut l’âme du journal de la gauche socialiste La Lutte des Classes. Il fut dès lors l’objet de mises en demeure de plus en plus agressives au sein de la Fédération liégeoise du POB, mais il refusa de se dédire. A la veille de son exclusion, il annonça qu’il prendrait la tête de liste communiste aux élections de 1925, mais son cœur céda le 12 décembre 1924.

La veuve de René Joseph Paquay, ancien militant communiste et Partisan, Mme Vincke, nous a fait don de 45 lettres manuscrites de Célestin Demblon adressées à l’un de ses partisans, actif au sein de la minorité qu’il animait à la Fédération liégeoise du POB, Armand Lovinfosse . Nous ne possédons malheureusement aucune information sur ce dernier. (toute indication serait bienvenue).

Cette correspondance très soutenue s’étend du 17 novembre 1922 au 29 novembre 1924, soit quelques jours avant son décès. Elle évoque la préoccupation soutenue de Demblon pour la diffusion du journal, l’attention du député installé provisoirement à Bruxelles, pour suivre la situation à Liège, à Herstal, à Seraing. Elle témoigne de son acharnement dans l’affaire Coppée, dont les tractations avec l’occupant semblent échapper à la justice. Elle éclaire aussi les meetings qu’il multiplie jusqu’à son dernier souffle. Cette correspondance annonce ainsi la bataille à venir au sein de la Fédération et traduit l’engagement total de Demblon dans le combat qu’il a engagé, lui dont les plus proches amis et compagnons de lutte, dont Volders principalement, ont désormais cédé la place à une autre génération.

 

« Les suspects de mai 1940 »

Le 10 mai 1940, le gouvernement belge fait procéder à une gigantesque rafle de « suspects » : entendez communistes, nationalistes flamands, Juifs étrangers. Ballotés de prisons en prisons, ces « suspects de mai 40 » sont embarqués dans des wagons de marchandises et expédiés vers la France. En chemin, des soldats français avinés en exécuteront une série dans le kiosque à musique d’Abbeville : parmi eux le conseiller communal communiste de Saint Gilles Lucien Monami et le chef du Verdinaso, Joris Van Severen.

Désignés à la vindicte publique comme parachutistes, espions, traîtres etc., ils sont l’objet de la violence des gardiens français et des populations traversées. Sans eau, sans nourriture, ils aboutiront après plusieurs jours dans les camps du Sud Ouest où la France a parqué les républicains espagnols. Libérés en août - sauf les Juifs dont la plupart seront livrés à la SS et déportés à Auschwitz - plusieurs de ces nationalistes flamands publieront le récit de leur calvaire.
Par la grâce de sa famille, le CArCoB vient de recevoir le seul récit connu de ce voyage dramatique rédigé par une des victimes communistes, le journaliste Edouard Stiers (1905-1942), arrêté en 1941 par l’occupant et décédé au camp de Neuengamme. Ce texte de 57 pages confirme la responsabilité des gouvernements belge et français dans cet avant-gout de ce que sera la déportation pour nombre de ces communistes, futurs résistants : Jean Alexander, Pierre Joye, Isidore Heyndels, Andréas Lejeune, Sam Herssens…

Pour une biographie complète de Edouard Stiers et de sa femme Nadia Reznic (déportée à Saint Cyprien en mai 1940 et à Ravensbrück) - voir Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier belge http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr

In Memoriam - Louis Van Geyt

Président du Parti communiste de Belgique (PCB - KPB)
Député de Bruxelles
Membre fondateur du CArCoB

Remise du Prix CArCoB le 24 février à 17h. dans les locaux du CArCoB, rue de la Caserne 33, 1000 Bruxelles

Le premier prix CArCoB vient d’être attribué à Anne-Sophie Gijs pour sa thèse de doctorat : Le pouvoir de l’absent : les avatars de l’anticommunisme au Congo (1920-1961), Doctorat en histoire, UCL, 2014 qui sera bientôt publié aux éditions P.I.E. PETER LANG SA - International Academic Publishers.

"Louis Van Geyt, la passion du Trait d’Union - Regards croisés sur le Parti communiste de Belgique (1945 - 1985). Libres Entretiens avec Jean Lemaître"

1945 : fort de ses actes de résistance, le Parti communiste de Belgique rassemble 80.000 adhérents et devient la troisième force du pays. Lors de la période ultra sectaire de 1947 à 1954, il s’effondre littéralement, avant de reprendre du poil de la bête à la suite de la grève de 1960-1961, sans plus atteindre toutefois le niveau de l’après-guerre.
Après Mai ’68, le PC s’ouvre aux intellectuels, aux chrétiens de gauche, aux jeunes, tout en prenant des distances avec le "modèle" soviétique. De nouvelles perspectives semblent se dessiner. Mais, dès 1981, avec le tournant néo-libéral au Royaume, le parti pique à nouveau du nez et disparaît progressivement des radars politiques.
Au total, bien des questions... Qu’aura apporté le PC à l’histoire sociale et politique de la Belgique ? Pourquoi, fin des années ’70, n’a-t-il pas été capable de se réformer et de trouver un second souffle ? Si c’était à refaire, quelles erreurs auraient-elles pu être évitées ? Et à présent, quels messages d’espoir partager avec les nouvelles générations ?
Louis Van Geyt a présidé le Parti communiste de 1972 à 1988. Aujourd’hui âgé de 87 ans, il a accepté de répondre, sans "tourner autour du pot", aux questions incisives du journaliste Jean Lemaître.

Jean Lemaître, Louis Van Geyt, la passion du Trait d’Union. Regards croisés sur le Parti communiste de Belgique (1945 - 1985). Libres entretiens avec Jean Lemaître, Arquennes, Memogrames les éditions de la mémoire, Bruxelles, CArCoB asbl, 2015.

414 p. - 30 €

Ouvrage à commander :
Au CArCoB - 02 513 15 83 - carcob@skynet.be
Aux Éditions Memogrames - 067 63 71 10 - memogrames@yahoo.fr

Prix bisannuel du CArCoB

Nous avons le plaisir de vous annoncer la création d’un prix bisannuel destiné à distinguer une contribution originale à la connaissance historique des mouvements communistes en Belgique.
Ce prix est ouvert notamment aux travaux d’histoire et histoire de l’art, de science politique, sociologie, droit, science économique, anthropologie et archivistique.

 
PDF - 159.3 ko
Télécharger le règlement sous format PDF

Exposition au PointCulture de Bruxelles : 11/08 - 12/09 2015

Une exposition sur la caricature et le dessin politique dans la presse communiste du XXe siècle se tient du 11 août au 12 septembre au PointCulture de Bruxelles. Réalisée par le CArCoB, en collaboration avec le Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches (CHSG) de l’ULB, l’Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale (IHOES), le Mundaneum et la Formation Léon Lesoil (FLL), l’exposition présente une sélection des cent reproductions présentées à la salle Allende de l’ULB au mois de mars.

"Progrès films - Un demi-siècle de distribution cinématographique en Belgique"

En 1950, le Parti communiste crée Progrès Films pour diffuser des films soviétiques. La société de distribution prend son essor à l’arrivée de Didier Geluck en 1955. Militant, dessinateur de presse (sous le pseudonyme de Diluck) et esthète, Didier Geluck façonne le catalogue de Progrès Films avec un véritable talent de découvreur. Il fait d’abord connaître le cinéma de qualité produit à l’Est, puis des productions de partout dans le monde. Fournisseur de nombreux ciné-clubs, Progrès Films diffuse films de fictions, d’animation et documentaires, contribuant à la cinéphilie de Belgique. Pendant un demi-siècle, Progrès Films a fixé les standards de la distribution art et essai, au gré des nombreuses mutations politiques, socioéconomiques et industrielles qui ont secoué le cinéma. Contre vents et marées, Progrès Films a poursuivi son activité jusqu’en 2002, date à laquelle la société à été mise en liquidation, à genoux face à un marché dans lequel elle ne trouvait plus sa place.
Ce livre retrace les cinquante années de ce combat culturel.

Morgan Di Salvia, Progrès Films - Un demi-siècle de distribution cinématographique en Belgique, Editions du Cerisier, Place publique, 2015

240 p. - 18 €

Ouvrage à commander :

chez votre libraire,
aux Editions du Cerisier - 065 31 34 44 - editionsducerisier@skynet.be,
au CArCoB - 02 513 15 83 - carcob@skynet.be

Accueil

 

Le CArCoB est un centre d’archives privées, reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui rassemble et met à la disposition du public des collections comprenant archives, livres et brochures, photos, affiches, périodiques et films se rapportant à l’histoire du mouvement ouvrier en Belgique, principalement le Parti communiste et les diverses organisations qui y furent liées.

Adresse : rue de la Caserne 33 - 1000 Bruxelles - Belgique, tél. 00 32 (2) 513 15 83 et 00 32 (2) 513 61 99
Horaire : du lundi au vendredi de 10h à 16h
 
JPEG - 58.5 ko
Salle de lecture du CArCoB

En collaboration avec son homologue flamand, le Dacob, le CArCoB gère les archives émanant du Parti communiste de Belgique (1921-1989). Il est le dépositaire des copies des documents relatifs à la Belgique conservés dans les archives de l’Internationale communiste à Moscou (RGASPI) ainsi que de nombreuses archives personnelles de ses militants.

JPEG - 36.4 ko
8ème congrès du PCB en 1946

La bibliothèque recèle quelques milliers de titres des périodiques édités par ses organisations. Elle détient également des milliers de précieuses brochures émanant de toutes les organisations ouvrières de Belgique, la totalité des publications du PCB et de la JCB et de très nombreuses éditions des partis communistes dans le monde.

Ses collections d’affiches et de photos offrent un panorama des luttes menées par le PCB, la Jeunesse communiste, le mouvement de la paix, les associations culturelles et sociales.

L’ensemble de ces collections est répertorié progressivement dans le catalogue en ligne PALLAS. Une aide à la consultation et des outils de travail "papier" sont disponibles dans la salle de lecture et auprès des archivistes.

 

 

Code de respect des usagers culturels en Fédération Wallonie-Bruxelles (PDF)