Actualités

Heures d’ouverture en été

Le CArCoB adoptera un horaire d’été jusqu’au 16/08 et sera ouvert de 9h à 15h30.

De nouvelles archives exceptionnelles

"Une" correspondance de Célestin Demblon

JPEG - 39.2 ko
© CArCoB

Célestin Demblon, (1859-1924) est l’incarnation des pionniers du socialisme de lutte de classe qui fondèrent le POB et furent de ses premiers députés. Instituteur révoqué pour ses idées, érudit, il maintint son hostilité à la participation gouvernementale au sein du POB, rallié à celle-ci pendant la guerre 14-18.
Tribun acclamé par les travailleurs de Wallonie, il salua la Révolution bolchevique, se dressa contre la motion Mertens et fut l’âme du journal de la gauche socialiste La Lutte des Classes. Il fut dès lors l’objet de mises en demeure de plus en plus agressives au sein de la Fédération liégeoise du POB, mais il refusa de se dédire. A la veille de son exclusion, il annonça qu’il prendrait la tête de liste communiste aux élections de 1925, mais son cœur céda le 12 décembre 1924.

La veuve de René Joseph Paquay, ancien militant communiste et Partisan, Mme Vincke, nous a fait don de 45 lettres manuscrites de Célestin Demblon adressées à l’un de ses partisans, actif au sein de la minorité qu’il animait à la Fédération liégeoise du POB, Armand Lovinfosse . Nous ne possédons malheureusement aucune information sur ce dernier. (toute indication serait bienvenue).

Cette correspondance très soutenue s’étend du 17 novembre 1922 au 29 novembre 1924, soit quelques jours avant son décès. Elle évoque la préoccupation soutenue de Demblon pour la diffusion du journal, l’attention du député installé provisoirement à Bruxelles, pour suivre la situation à Liège, à Herstal, à Seraing. Elle témoigne de son acharnement dans l’affaire Coppée, dont les tractations avec l’occupant semblent échapper à la justice. Elle éclaire aussi les meetings qu’il multiplie jusqu’à son dernier souffle. Cette correspondance annonce ainsi la bataille à venir au sein de la Fédération et traduit l’engagement total de Demblon dans le combat qu’il a engagé, lui dont les plus proches amis et compagnons de lutte, dont Volders principalement, ont désormais cédé la place à une autre génération.

 

« Les suspects de mai 1940 »

JPEG - 134.5 ko
© CArCoB

Le 10 mai 1940, le gouvernement belge fait procéder à une gigantesque rafle de « suspects » : entendez communistes, nationalistes flamands, Juifs étrangers. Ballotés de prisons en prisons, ces « suspects de mai 40 » sont embarqués dans des wagons de marchandises et expédiés vers la France. En chemin, des soldats français avinés en exécuteront une série dans le kiosque à musique d’Abbeville : parmi eux le conseiller communal communiste de Saint Gilles Lucien Monami et le chef du Verdinaso, Joris Van Severen.

Désignés à la vindicte publique comme parachutistes, espions, traîtres etc., ils sont l’objet de la violence des gardiens français et des populations traversées. Sans eau, sans nourriture, ils aboutiront après plusieurs jours dans les camps du Sud Ouest où la France a parqué les républicains espagnols. Libérés en août - sauf les Juifs dont la plupart seront livrés à la SS et déportés à Auschwitz - plusieurs de ces nationalistes flamands publieront le récit de leur calvaire.
Par la grâce de sa famille, le CArCoB vient de recevoir le seul récit connu de ce voyage dramatique rédigé par une des victimes communistes, le journaliste Edouard Stiers (1905-1942), arrêté en 1941 par l’occupant et décédé au camp de Neuengamme. Ce texte de 57 pages confirme la responsabilité des gouvernements belge et français dans cet avant-gout de ce que sera la déportation pour nombre de ces communistes, futurs résistants : Jean Alexander, Pierre Joye, Isidore Heyndels, Andréas Lejeune, Sam Herssens…

Pour une biographie complète de Edouard Stiers et de sa femme Nadia Reznic (déportée à Saint Cyprien en mai 1940 et à Ravensbrück) - voir Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier belge http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr

Accueil

 

Le CArCoB est un centre d’archives privées, reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui rassemble et met à la disposition du public des collections comprenant archives, livres et brochures, photos, affiches, périodiques et films se rapportant à l’histoire du mouvement ouvrier en Belgique, principalement le Parti communiste et les diverses organisations qui y furent liées.

Adresse : rue de la Caserne 33 - 1000 Bruxelles - Belgique, tél. 00 32 (2) 513 15 83 et 00 32 (2) 513 61 99
Horaire : du lundi au vendredi de 10h à 16h
 
JPEG - 58.5 ko
Salle de lecture du CArCoB

En collaboration avec son homologue flamand, le Dacob, le CArCoB gère les archives émanant du Parti communiste de Belgique (1921-1989). Il est le dépositaire des copies des documents relatifs à la Belgique conservés dans les archives de l’Internationale communiste à Moscou (RGASPI) ainsi que de nombreuses archives personnelles de ses militants.

JPEG - 36.4 ko
8ème congrès du PCB en 1946

La bibliothèque recèle quelques milliers de titres des périodiques édités par ses organisations. Elle détient également des milliers de précieuses brochures émanant de toutes les organisations ouvrières de Belgique, la totalité des publications du PCB et de la JCB et de très nombreuses éditions des partis communistes dans le monde.

Ses collections d’affiches et de photos offrent un panorama des luttes menées par le PCB, la Jeunesse communiste, le mouvement de la paix, les associations culturelles et sociales.

L’ensemble de ces collections est répertorié progressivement dans le catalogue en ligne PALLAS. Une aide à la consultation et des outils de travail "papier" sont disponibles dans la salle de lecture et auprès des archivistes.

 

 

Code de respect des usagers culturels en Fédération Wallonie-Bruxelles (PDF)